Autour de Phonsavan

Je ne sais pas si c'est l'omelette ou les frites un peu crues, mais une chose est sur, j'ai attrapé la tourista :-(  

Appeler ça comme vous voudrez: complainte de l’été - course du touriste  - course du voyageur - danse aztèque - kaboulite  - Travelers' diarrhea" 

y'en a pour tout le monde :-)

Toujours est-il que c'est emmerd.... La dernière fois, c'était au Maroc (Jean et Anne Lau s'en souviennent certaonement)

Du coup aujourd'hui nous avons rodé que le matin, dans des paysages de campagne et de montagne... Il est vrai que la sécheresse ne se prête pas aux photos :-(

Nous avons passé du temps a cherché les lieux que l'on nous avait recommandé, en cause aucune cartographie, (juste un plan mal dessiné et sans cohérence d'échelle), compteur kilométrique en panne,  aucunes signalisations ou alors en Laotien sans traduction anglaise, quelques bornes en Laotien, pas de nom ou de numéro de route... Les indications que nous essayons d'obtenir auprès des populations sont inexploitables... Bref il nous arrive de passer six fois au même endroit, de tourner de virer, comme on dit, avant d'arriver au but... Quand on y arrive :-)

Nous n'avons rien vu de transcendant, la plaine des jarres est vraiment le seul intérêt autour de Phonsavan, sauf peut être après la saison des pluies, ou les paysages doivent prendre une autre dimension

Nous revenons donc vers 13h00 sur Phonsavan pour manger ( du moins Gégé qui assure plus que moi ), passage à la diète obligatoire, puis nous décidons de rendre la moto et de se reposer, (surtout moi), préparer notre prochaine étape de Veng Vieng pour normalement 5 nuits...

Ce que j'appréhende c'est le trajet en bus de demain... Je vais apprendre par cœur la formule en anglais qui va me permettre de stopper le car en cas d'urgence :-) 

Aujourd'hui nous sommes le 4 février , ça fait 15 jours que nous sommes partis et c'est l'anniversaire de Marie L. que nous embrassons très fort😘😘